Hervé Mathieu

Les gens de chez nous ont du talent
herve-mathieu118 ans, oui cela fait 18 ans qu’il occupe cet atelier ; Vous ne l’avez peut-être jamais trop remarqué auparavant et pourtant, il est bien là, tout au bout de notre village sur la droite en allant vers Courcelles sur Nied, à la ferme de Chagny la Horgne … Son enseigne en dit d’ailleurs long : « MOBILIER D’ARS » !!
Son atelier était auparavant une forge…
« Les grosses machines se trouvent dans la porcherie », dit Hervé en riant … rassurez-vous, l’odeur a bien changé ; le bois, la sciure, le vernis … c’est différent.
Hervé Mathieu, ce grand gaillard souriant, a aujourd’hui la cinquantaine, et quand on lui demande l’intitulé exact de son métier, il précise humblement qu’il est menuisier, ébéniste, sculpteur sur bois, et sait faire aussi de la marqueterie !!! Il a toujours exercé ce métier, auparavant chez un patron, parfois en galère car ce n’était souvent que de petits contrats, et puis un jour (il y a 18 ans) il décide de s’installer : plus de chef, plus d’ordre à exécuter mais aussi plus d’horaire, le travail à trouver, les clients à rencontrer … quand on aime on ne compte pas, Hervé avoue que c’est une véritable passion qui dure sinon on ne le verrait plus tous les dimanches dans son atelier …
Ce virage a été bénéfique… Hervé a du travail aussi divers que varié, souvent de la restauration de meubles mais aussi la fabrication de toutes pièces. Sa plus grosse œuvre a été une armoire lorraine de 3 portes, ou encore plusieurs vaisseliers. Par contre la plus petite et pas des moindres, puisqu’aujourd’hui elle se trouve sur le territoire des Etats Unis, c’est une boîte à cirage en bois compartimentée de 20 cm X 30 cm (copie d’une grande marque qui lui avait été commandée). Ce même client américain lui a également commandé un siège en merisier. Il a aussi fabriqué des plots spécifiques pour une usine en Roumanie, comme quoi l’exportation, Hervé il connait, même si la plupart de ses clients se trouvent dans les 20 km à la ronde.
herve-mathieu2Les pièces les plus courantes qui lui sont demandées sont de petits meubles de complément, des bureaux, des meubles TV. C’est souvent la loi des séries, on va lui commander plusieurs tables à la suite pour des clients différents, puis plusieurs bahuts… Il fabrique également des cuisines, mais précise-t-il « des cuisines quelque peu originales, personnalisées « car … » ironise-t-il « si c’est pour faire du chapeau de gendarme autant s’adresser à un cuisiniste !! Ou aller chez ce grand distributeur suédois, vous savez celui dont le nom commence par un I ». Il est fier d’ajouter que chaque meuble est différent, sous entendu qu’ils auraient une âme peut-être ??? Il déteste la production en chaîne. Il n’a jamais fabriqué de décors de théâtre ou de spectacle, il préfère les choses qui durent aux objets éphémères ou trompe-l’œil. Hervé est seul dans son atelier, enfin pas tout à fait car, ni ouvrier ni apprenti, mais de nombreux chats qui lui tiennent compagnie. C’est un choix ; Hervé souligne qu’il n’y a pas suffisamment de place pour travailler à deux, et puis c’est son « chez lui », il s’y retrouve et ne souhaite pas que quelqu’un s’immisce dans ses affaires.
Son plus vieil outil, une scie à ruban, affiche encore un n° de téléphone du style « Roquette 24 62 » : elle doit donc être très ancienne … mais fonctionne toujours.
Hervé a un fils qui aurait pu s’intéresser à la menuiserie, eh bien non ! Par contre il aime la mécanique, comme quoi les activités manuelles, c’est dans les gènes malgré tout !!!