Le coup de main « FOURRAGES » : 27 septembre 1870

Le commandement français veut récupérer un train de vivres qui se trouve à COURCELLES­ sur-NIED ; monsieur DIETZ réalise une machine b1indée sur chemin de fer qui doit foncer jusqu’ à COURCELLES, y accrocher les wagons et les ramener à METZ.

La sortie est réalisée par la brigade LAPASSET représentant sept bataillons d’infanterie. Les assaillants progressent parallèlement à la route de STRASBOURG. Arrivés sur les hauteurs, le 90ème de ligne pivote à gauche pour s’emparer du château, 1e 84ème de ligne à droite pour prendre PELTRE, deux bataillons du 97ème progressant en deuxième échelon en réserve à cheval sur la route.
Derrière les troupes, avance un premier train dans lequel ont pris place le 12ème BCP et deux compagnies franches du deuxième corps qui doivent s’emparer de PELTRE en liaison avec le 84ème. Un deuxième train, avec un wagon blindé, où ont pris place DIETZ et une trentaine de volontaires exécute la mission sur COURCELLES. Le raid avait été fort bien préparé, mais un cantinier travaillant pour les allemands avait découvert les préparatifs du train et en avait informé l’ennemi.

L’attaque est déclenchée le 27 Septembre à 9 heures; le signal est donné par les canons du fort de QUEULEU : les 1er et 3ème bataillons du 90ème débouchent de GRIGY, le 2ème bataillon et le 84ème de ligne de HAUTE-BEVOYE, le général de COURCY conduisant l’assaut du château ; les bataillons du 90ème progressent, précédés de compagnies déployées en tirailleurs et accompagnés des sapeurs de la 2ème compagnie du 3ème R.G (Capitaine BODIN).
Dans le château, la défense s’organise à la hâte. Les soldats du 1er bataillon se précipitent à l’assaut, aidés par le 3ème bataillon qui débordant à gauche les défenses du château facilite son action, le 2ème pris à partie depuis les bois de MERCY et de JURY couvrant de son feu le 3ème bataillon.
Pendant ce temps, les trains quittent la gare de MONTIGNY. Mais les Prussiens coupent la voie à 800 mètres de la station de PELTRE, après le passage du premier train et piégent un viaduc. DIETZ, s’en apercevant, stoppe le convoi et les chasseurs du 12ème bataillon donnent l’assaut, prennent le château de CREPY et font reculer les prussiens vers PELTRE. Lors de l’attaque des chasseurs, le 84ème de ligne, qui a attendu sur la crête de MERCY, donne l’assaut au village. Le village de PELTRE est enlevé malgré une forte résistance allemande, particulièrement dans le couvent des sœurs de la Providence.

Un ravitaillement abondant est récupéré. L’ensemble des troupes se replie vers 11 heures et demie: un accueil triomphal les attend à METZ où ils défilent vers le SABLON avec le bétail, de nombreuses armes récupérées et plus de 200 prisonniers.
Les Prussiens ont durement ressenti le coup. Les garnisons de première ligne sont renforcées et le commandement allemand donne l’ordre de brûler PELTRE et plusieurs villages environnants: le château de MERCY est de nouveau en ruines.