La famille SAINT-JURE

armoiries Saint JureCLAUDON BERTRAND, dit SAINT-JURE, fait rebâtir le château de MERCY vers 1570. Après lui, 1a seigneurie de MERCY passe à son fils JEAN, qui a épousé la fille d’un autre grand boucher de METZ. Ce JEAN-BERTRAND de SAINT­JURE, seigneur de MERCY, parvient aux plus hauts honneurs. Il est maître échevin de METZ en 1602. Ses fils, JEAN et CHARLES, lors de l’entrée à METZ du roi HENRI IV* font partie de la compagnie des enfants de dix ans qui est présentée au roi de FRANCE. JEAN de SAINT-JURE fait construire de 1626 à 1627, non loin du château, une chapelle. On peut lire encore aujourd’hui sur son fronton : « L’an 1626 JEAN-BERTRAND de SAINT-JURE écuyer et seul seigneur de ce lieu fit bâtir cette chapelle pour le service de Dieu ». La messe y est chantée pour la première fois en juin 1627 ; cette chapelle devient le lieu de sépulture de la famille BERTRAND de SAINT-JURE.

Le fils aîné de JEAN de SAINT-JURE, JEAN-BAPTISTE né à METZ en 1588, est admis à 16 ans dans la compagnie de Jésus et acquiert une grande réputation par ses écrits (L’homme spirituel, De la connaissance et de l’amour du fils de Dieu, Vie de M. de RENTY traduite en’ anglais et en italien). JEAN de SAINT-JURE meurt en 1628.
La seigneurie passe dans l’indivision à ses deux autres fils, CHARLES, chanoine* de la cathédrale de Metz, mort en 1656 et JEAN II, membre du Conseil de la ville de Metz mort en 1632.

CHARLES de SAINT-JURE né en 1629 est seigneur de MERCY après son père JEAN II et son oncle le chanoine CHARLES. Il meurt en FRANCHE-COMTE à BESANCON en 1673. A CHARLES, succède son fils JOSEPH, né en 1663, qui embrasse la carrière des armes ; il devient chambellan et lieutenant-général du Régiment de l’Electeur de BAVIERE, fidèle allié de LOUIS XIV. Mort à METZ en 1721, il est enterré dans la chapelle de MERCY. Son frère JEAN, né en 1666, est aussi chambellan et colonel des Gardes de l’Electeur de BAVIERE. Il meurt en 1723 et est aussi enterré dans la chapelle de MERCY. Le dernier SAINT-JURE seigneur de MERCY est le fils de JOSEPH, JEAN-BAPTISTE, né en 1712, officier aux Gardes françaises, qui meurt sans postérité en 1744.

 

GLOSSAIRE :

*HENRI IV : (PAU 1553- PARIS 1610), roi de NAVARRE (1572-1610) roi de FRANCE (1589-1610) ; un des chefs du parti calviniste, il échappa à la SAINT-BARTHELEMY en abjurant momentanément les doctrines réformées. Il abjura définitivement le protestantisme en 1593. Par l’Edit de NANTES en 1598, il rétablit la paix religieuse à l’intérieur du pays. Alors qu’il préparait une guerre contre l’Empire et ESPAGNE, il fut assassiné par un religieux, RAVAILLAC. HENRI IV laissait un fils mineur, LOUIS XIII.
—————–
*CHANOINE: (du Latin canonicus, du Grec kanôn, règle) ecclésiastique siégeant au chapitre de la cathédrale ou de la collégiale.