La destruction du château.

La prise du pouvoir par les paraiges provoque plusieurs révoltes des gens de métier qui vont finir par participer au conseil municipal après la création du paraige des communs. En 1368, lors de la une de ces révoltes, le château de MERCY est mis à sac. Une chronique rimée, celle du châtelain de la PORTE de SAINT-THIEBAUT dit « Dans cette même année aussi fut pris le chasteau de MERCY Par ceux de METZ un beau matin Où ils gagnèrent un bon butin ».